KIMCHI & CHIPS

Kimchi and Chips est un studio d’art basé à Séoul fondé par Elliot Woods (Royaume-Uni) et Mimi Son (Corée du Sud). Le studio crée des actions qui superposent des modes d’existence matériels et immatériels, suggérant de nouvelles attitudes techniques et artistiques. Ces actions actualisent les réalités fictives en tant qu’expériences physiques, utilisant souvent la lumière numérique et le calcul pour manipuler l’espace physique.

Ils se sont formés en 2009 pour combiner les disciplines du code, de la forme, de la matière, du concept et du mécanisme. Depuis lors, ils ont créé des installations et des « dialogues » qui ont été exposés sur quatre continents, développant des interactions naturelles entre les personnes, la nature et les possibilités du réseau numérique.

Elliot Wood

Elliot Woods (UK) est un artiste de médias numériques de Manchester. Il teste les futurs possibles entre les humains et les technologies de conception visuelle (par exemple les caméras, les projecteurs, le calcul). Pour ce faire, Elliot a co-fondé Kimchi and Chips, un studio d’art expérimental basé à Séoul avec Mimi Son. Il applique ses études académiques en physique pour produire des phénomènes sensoriels à partir de domaines abstraits.

Elliot est un contributeur au projet openFrameworks (une boîte à outils omniprésente pour le codage créatif), et un contributeur open source à la plate-forme VVVV. Son code est disponible en open source et gratuitement sur GitHub.

MIMI SON

Mimi Son est née à Séoul où elle vit et travaille actuellement. Elle se souvient de son enfance vivante, fascinée par la peinture et le talent musical de son père, qui l’a amenée à expérimenter avec les matériaux et le dessin.

Une obsession de la géométrie et de la philosophie bouddhiste l’inspire à articuler l’espace et le temps à partir de différentes perspectives. Cette expérience continue lui a permis de créer une installation qui vise à représenter une intersection de l’art et de la technologie, matérielle et immatérielle, réelle et virtuelle, de la présence et de l’absence.

Au cours de la dernière décennie, elle a travaillé comme designer, professeure, conteuse, conservatrice et directrice artistique dans divers pays et institutions. Elle a co-fondé Kimchi and Chips avec Elliot Woods en 2009.

Elle a complété sa maîtrise en arts numériques et design numérique à l’Université Middlesex et Interaction Design au CIID. Elle est actuellement professeur auxiliaire à l’Université Ewha Womans à Séoul et travaille principalement dans son studio, Kimchi and Chips.

Light Barrier Third Edition

Miroirs concaves, Projection, Numérisation
2016

Les installations présentent un mode d’existence semi-matériel, matérialisant les objets de la lumière. Light Barrier Third Edition est un nouvel épisode de cette série qui exploite la confusion et les non-conformités à la frontière entre les matériaux et les non-matériaux, la réalité et l’illusion, et l’existence et l’absence.

La séquence de 6 minutes utilise le motif du cercle pour voyager à travers les thèmes de la naissance, de la mort et de la renaissance, aidant le public à se réorienter vers le nouveau mode d’existence. Les artistes utilisent souvent le cercle dans leurs œuvres pour évoquer les fondements des matériaux et le lien externe entre la vie et la mort.

Les artistes s’intéressent à la façon dont les peintres impressionnistes ont été inspirés par l’introduction de la photographie pour créer des «images sans spectateur». L’installation permet à des images de surgir de la toile, créant la peinture en dehors de la perspective. C’est une approche directe du thème des artistes «dessiner dans l’air».

Dans cette édition, 8 vidéoprojecteurs architecturaux sont répartis en 630 sous-projecteurs utilisant une structure de miroirs concaves conçus par nature artificielle. Chaque miroir et sa structure de support sont générés par calcul pour créer un groupe qui collabore pour former l’image unique dans l’air. En calibrant avec précision chacun des 16 000 000 pixels individuellement, les faisceaux lumineux peuvent être fusionnés dans le nuage pour attirer l’air. 40 canaux audio sont ensuite utilisés pour construire un champ sonore qui aide à solidifier les phénomènes projetés dans l’esprit du public.

La troisième édition de Light Barrier a été commandée par l’Asia Culture Center à Gwangju. La technologie est activée par Rulr, une boîte à outils graphique open source pour l’étalonnage des dispositifs spatiaux, créée par Kimchi and Chips.

Commandé par Asian Cultural Centre, Gwangju
Ingénierie par Chung Youngjae, Studio Sungshin Sound design par Junghoon Pi
Vidéographie par Kimchi et Chips

483 Lines Second Edition

Corde en Kevlar avec tresse extérieure en Nylon, Projection
2015

16 000 x 2 500 x 10 000 WHD

Deux scènes de corde kevlar se font face l’une à l’autre tendue à 5000kg. Le public est présenté avec des lignes très parallèles qui contrastent l’espace sombre, la construction de motifs moirés panoramiques. La projection vidéo est utilisée pour adresser chaque ligne avec des pixels numériques, activant la matière visuelle dans le volume de la chaîne.

Cette deuxième édition des 483 Lines a été commandée par le Festival ACT, Gwangju 2015, continuant à célébrer et à interpréter les aspects non-constructifs du format de télévision NTSC.

Proposé par HOLO
Commandé par Asian Cultural Centre, Gwangju
Sound design par Junghoon Pi
Vidéographie par Kimchi et Chips
Merci à Julian Ott, les étudiants du cours de conception de médias numériques de Yonsei, Soyoung Lee, Yang Yoona, Jin-Yo Mok, Filip Visnjic

http://www.kimchiandchips.com